Fermeture de la policlinique du Locle: les autorités des deux Villes du Haut sont fâchées!

Les autorités des deux Villes du Haut sont plus que fâchées, tant sur la forme que sur le contenu, par la décision de fermeture de la policlinique du Locle. Pour rappel, la problématique sanitaire et hospitalière est l'une des plus importantes pour le développement équilibré de la société.

Au niveau de la forme, il n'est pas acceptable que de telles décisions soient prises de manière unilatérale, sans consultation ou information préalable aux autorités concernées, ce d'autant plus qu'un Conseil de l'Hôpital a été mis en place durant la période transitoire, afin de favoriser le dialogue et la concertation.

Au niveau du contenu, la fermeture de la policlinique, dispensaire de soins existant depuis 1856 dans la Mère commune des Montagnes, est d'autant plus surprenante que des praticiens se trouvent, actuellement, sur place dans le cadre du Centre de réadaptation.

Dans les faits, la policlinique du Locle pourrait facilement être autoporteuse si la confiance dans l'institution ne semblait si fragilisée et les modalités d'accès à celle-ci si détériorées. En effet, il faut bien reconnaître que le site a perdu une bonne partie de sa crédibilité depuis qu'HNE a réduit ses horaires aux après-midi et, qui plus est, uniquement sur rendez-vous! Il paraît évident que l'annonce de la fermeture à fin avril 2018 de la policlinique du Locle fait partie d'un processus prévu de longue date.

En conclusion, il est important de rappeler qu'en date du 14 novembre 2017, les législatifs du Locle et de La Chaux-de-Fonds déposaient une résolution constatant en exergue que le démantèlement de l'hôpital des Montagnes se poursuit inexorablement. Force est de constater que les faits leur donnent raison.

En l'état, les deux Villes du Haut ne peuvent accepter cette décision unilatérale et n'en resteront pas là.

Lire le communiqué de presse des deux Villes du Haut du 22 décembre 2017