1. ....commemoratio domini Reinaldi domini de Vallengin et Willermi filii ejus, qui dederunt nobis pratum apud Amens quod vulgo calcina dicitur et vallem de Losculo.

2. Les Francs habergeants désignent les bénéficiaires de la charte accordée aux habitants du Locle par Jean II, le 12 mai 1372 : sorte d'assimilation à la condition d'hommes libres.

3. Le Clos-de-la-franchise représente les localités jouissant de privilèges : Le Locle et La Sagne, plus tard Les Brenets.

4. Il est intéressant de relever qu'en patois le tisserand, le forgeron et le cordonnier ne nomment respectivement : tissot, favre, crevoisier ou courvoisier.

5. Marianne Besancenet, dite la "Marianne du Crêt-Vaillant" épouvanta les envahisseurs (il s'agit de ceux de la guerre de Trente ans !) en lançant à leur poursuite un taureau furieux. Ce "haut-fait d'armes" donna naissance au récit de la Saboulée des Bourguignons"! En réalité, le Crêt-Vaillant doit son nom, dès le XIVème siècle, au propriétaire des terres du Crêt.

6. Une expédition à laquelle participèrent des Loclois mit à sac l'abbaye de Montbenoît et sa région, avant de piller la ville de Pontarlier.

7. Installés le long du cours d'eau, les moulins, en plus de leur usage primitif, actionnaient des scies (raisses), battaient le fer (rebatte) ou foulaient le chanvre (foule).

8. En 1630, Abram Perret de la Sagne, dit Tornare, construit une horloge pour le Temple du Locle.

9. Le lieutenant Jonas Sandoz du Locle, créateur des moulins superposés du Col-des-Roches, extrait, fond et affine du fer au-dessus de Noiraigue.

10. L'histoire du maquignon anglais dont Daniel JeanRichard aurait réparé la montre à la forge paternelle et qui serait à l'origine de sa vocation n'est pas avérée : les légendes seraient-elles aussi fidèles que le quartz?

11. Laurent Mégevand, chassé de Genève pour fraudes sur le titre des boîtes de montres en or, épousa Marianne Breguet, fille du pasteur du Locle. En étroite relation avec le collaborateur de Mirabeau et avec Etienne Clavière, successeur de Necker au ministère des Finances de la République française, il réussit à attirer à Besançon, en échange de promesses mirifiques, 22 familles d'horlogers loclois (environ 700 personnes).

12. Angelini, professeur d'italien à Neuchâtel, de 1795 à 1798, fait parvenir au Directoire un mémoire où il souligne l'utilité du Pays de Neuchâtel et de Valangin (riches industries horlogères et de toiles peintes) à se rattacher à la République.

13. En 1806, après Austerlitz, Frédéric-Guillaume III cède la principauté de Neuchâtel à Napoléon Ier en échange d'une province hanovrienne. Le compagnon de première heure de Bonaparte, le maréchal Berthier , devenu prince et duc de Neuchâtel et Valangin, confie sa charge au général Oudinot qui délègue son commissaire-général, François de Lespérut. Résultat : fortes déceptions mais établissement des routes de la Vue-des-Alpes et de la Tourne.

14. En voici le début : "Habitants du Locle, une révolution vient de s'accomplir dans notre localité.
Les pouvoirs civils et militaires viennent d'être remis entre nos mains. Nous en usons de suite pour vous recommander le calme et l'ordre, qu'au besoin nous saurons maintenir".